Palmarès des prix de poésie 2019 de l’Académie de Nantes et de Loire-Atlantique

Prix Kerlann – poésie libre,

Le 1er prix a été remporté par Laure TOKUTUU de La Plume et le Clavier pour son poème

« A une nantaise »

Ô Naoned, ville unique !

Si belle, cité si « Reine » !

Ce matin, nimbée de brume estuarienne,

Est-ce un soupçon de poudre de riz ? Des embruns ? Ou quelques gouttes de l’Heure Bleue de Guerlain ?

Depuis le ciel, tu épouses la silhouette d’une femme, Douce égérie attrayante qui nous prend dans ses bras, Et nous berce en son sein de pierre tendre.

Je sens battre ton coeur de bonne mère, chère Naoned, Si fort qu’il apaise mon âme,

Fredonnant une douce et délicate mélopée, Au chant mélodieux de brise humide.

De ce teint diaphane se dégage une éblouissante blancheur. Beauté capitale ! Quel enchantement !

Ta bouche est une île gourmande

Posée sur les bras du grand fleuve sauvage, impétueux, si vivant, Déployé en un long foulard de soie.

Volupté lumineuse au rythme des marées du tout proche océan, Sublime diva, lovée au creux du Sillon de Bretagne

Dans lequel ta chevelure majuscule danse au souffle du noroit, Tu nous offres tes trésors, à la fois rebelles et majestueux.

Quand la nuit tombe, drapée d’une cape étincelante, Te voilà parée d’un diadème éclatant de vert, et d’or, Précieux ornement avec lequel, facétieuse, tu t’amuses.

J’aime tant plonger dans tes yeux d’opale, scintillant dans la Loire-miroir, Et, après un si long sommeil, ma toute belle au bois dormant,

Tu as enfin retrouvé ton caractère de « Breizh », taillé dans une fine crêpe dentelle, Où les bateaux rendent grâce à ta généreuse hospitalité,

Envoûtés eux aussi par ce si délicat parfum d’essentiel….

Ô Naoned, ville unique ! Ligérienne si…aérienne !

Ainsi tu rayonnes, naturelle, intemporelle.                                

Es-tu divine ondine, nymphe pacifique ?

Ou souveraine vestale irradiant l’ouest-monde ? 

Laure Tokotuu                                          

« Presqu’île 62 »                          Prix « kerlann libre »